DESSINER LA CLÉ

Kuei kuei!

Déjà 5 épisodes! Il s’agit de ma première expérience de tournage. J’ignorais tout du temps et des ressources nécessaires à la production d’une série télé comme Clé du Studio. Maintenant, je le sais:

Un épisode nécessite environ 5 heures de tournage. Il y a 4 caméras: deux sur chariots, une suspendue par une petite grue que l’on appelle « jib » et une sur rail. En effet, il y a des rails dans le studio! Elles font le tour complet de la zone de performance et permet au directeur photo, Jean-Claude Caprara, de capter l’action précisément, sur n’importe quelle angle avec un puissant téléobjectif. Le son, lui, est captée de toutes les façons possibles (via de multiples micros et directement des instruments) et est ensuite traitée sur place à l’aide de puissants équipements. En fait, tout l’équipement nécessaire à l’enregistrement est visible en arrière plan de la plupart des prises de vue, surtout lorsque les artistes sont installés dans le lounge. Pour tout faire fonctionner, cela nécessite le dévouement d’une quinzaine de personnes: des techniciens, des régisseurs, des caméramans, etc…

Et je ne parle qu’au moment même du tournage. En réalité, la logistique autour d’un seul épisode nécessite l’intervention de pas mal plus de personnes et des dizaines d’heures de préparation. Il y en a 13 à coordonner

Pour ma part, j’ai été libéré de toute tâche ingrate. Si l’on laisse tomber le fait que j’ai dû passer à travers 6 500 photos. Et que j’ai dû en traiter 1 200. Et que ce site web a nécessité plus d’une centaine d’heures de travail dû à mon petit manque d’efficacité. Si on laisse tomber ça, ce fut très doux! Un de mes mandats fut de créer un logo pour l’émission, une signature. J’en avais déjà fait, des logos, mais c’était relativement simplet. C’était important d’atteindre un autre niveau avec la Clé. Alors la nuit entre deux journées de tournage, je travaillais sur ceci:

Je suis vite tombé sur des essais directement sur l’ordinateur. J’ai tenté de mélanger des éléments autochtones. À un moment, Florent m’a même proposé d’utiliser des textures rappelant le perlage. Mais rien ne me satisfaisait malgré les encouragements de mon équipe. C’est comme si je tombais rapidement dans le cliché, avec la plume par exemple. Il fallait que ça soit beaucoup plus subtil. Et je voulais également illustrer la «clé»: la clé de serrure et la clef de sol. Ça a donné ceci:

 

L’élément intéressant dans ces esquisses est la lettre «S», qui permet de former la clef de sol et qui inclut subtilement un élément innu: le zigzag qui rappelle le cordage sur un teueikan (le tambour traditionnel innu) et qui, si l’on observe bien, est perlé! Plus que 10 lettres à travailler! (Rires) Mais dans le fond, j’ai la base. J’ai l’esprit innu et j’ai la musique. On peut apercevoir au centre à gauche que je désire donner à l’ensemble la forme d’une clé de serrure. L’esquisse du haut à droite me plaisait bien, cependant la typo n’était pas tout à fait en harmonie avec le style du «S». Donc après avoir sélectionné quelques polices d’écriture que j’ai légèrement modifié, je suis tombé sur ce résultat: 

Une signature malléable qui me plaît, qui plaît à toute l’équipe, qui représente autant une clé de serrure qu’une clef de sol avec des éléments innus subtils. Ça fait aussi un peu sport 90’s qui n’a rien à voir mais qui donne une espèce d’esprit très cool! 

 


 

Geneviève Toupin alias Willows enchaîne dans cet épisode avec une chanson traitant de la belle délinquance, comme dirait Florent, celle qui gruge mais qui fait tant de bonheur. Elle nous a fait part de son excitation de recevoir et de léguer la clé du studio à Laurence Hélie… et à un petit intrus!

Vous pouvez suivre Willows sur Facebook, Instagram et Twitter.

Discutez avec nous via Facebook, Instagram et Twitter en utilisant le mot-clic #cledustudio